Bazynian triomphe à la tohu.


Erik Bazynian toujours aussi efficace.

Après un premier round sans histoire où Bazynian a dominé grâce à son jab et sa gestion du ring sans être inquiété. D'un seul coup de poing de la gauche, BZO met fin au combat au 2e round de manière convaincante avec une gauche qui terrasse Donfack.

Roody Pierre-Paul : expéditif

Roody Pierre-Paul simplement expéditif. C'est simple la puissance du Rude Boy fait la différence avec sa puissance. Des le premier round, il met au tapis son adversaire avec un énorme coup de puissance et le met en danger à quelques secondes de la fin du round. Roody récidive en début du round suivant et l'arbitre n'a d'autre choix que de mettre fin au combat

Golden Garcia : une performance en or.

8 rounds de combats à courte distance, une bagarre à la mexicaine entre Mejia et Garcia. Le sympathique Golden Garcia a travaillé dur comme en font foi les cartes des juges. Golden et Oscar Mejia se sont adonné à une danse très rapprochée durant laquelle beaucoup de crochets au corps et à la tête ont plu. Mejia était clairement venu pour se battre comme en a fait foi ses répliques à chaque attaque de Garcia. Malheureusement le manque de puissance dans les frappes ont empêché le public de voir un gagnant avant la limite. Décision partagée Garcia

Bolivar augmente sa fiche à 3-0

Bolivar commence de manière plus agressive qu'à ses deux premiers combats. Utilisation systématique du jab. Le travail classique au corps de Bolivar est très efficace. Bolivar agressif des le début de la troisième reprise provoque une chute sur ce qui pour être débattu comme une poussée au tapis après une rafale de coups. Bolivar domine encore avec ses explosions au corps. De La Cruz au 4e round se décide à donner une opposition convenable et laisse aller ses mains sans grand dommage tandis Bolivar continue à avancer et lancer des coupe face à un adversaire déjà battu. 40-35 Bolivar, 38-37 De La Cruz, 39-36 Bolivar

Ryan Ford est une machine.

On a définitivement deux boxeurs qui sont venu pour se battre entre Ford et Murriata. Des le début du combat Ford tente de passer des crochets d'apparence dévastatrice et son adversaire ne veut pas s'en laisser imposer. Un premier round avec de l'action soutenue de part et d'autre dans lequel Ford met de la pression jusqu'aux derniers instants. Jab, crochets, uppercut. Ford n'a qu'une vitesse... vers l'avant. Murriata a défaut de faire quelque chose de pertinent au niveau pugilistique sourit à Ford en milieu de round en réactions à ses coups. Un direct pour débuter le troisieme round, trois crochets de la gauche ainsi qu'un overhand sournois de la droite plus tard ébranlent Murriata mais Ford ne peur achever son adversaire avant la cloche. Le round est également ponctué d'une pause pour un supposé low blow qui ne semble pas avoir eu lieu. Au 4e round, Murriata clairement exténué et tente de survivre par tous les moyens notamment en regurgitant son protecteur buccal. Le coin de Murriata arrête le combat avant le début du 5e voyant leur boxeur se fait malmener. Il prend le micro et lance un défi à Jean Pascal.

Soumaoro continue de charmer le public

Soumaoro fidèle à son habitude commence le combat posé derrière son excellent jab. Non seulement cela mais son adversaire ne semble pouvoir ne rien faire devant efficacité de ses attaques ponctués de crochets et d'uppercuts autant au corps qu'à la tête. Un crochet de la gauche retentissant fait reculer Hadzima. Hadzima se monte plus actif qu'au premier mais sans grand résultat. Une série de crochets au corps et la tête de Mohamed est ce qui ponctue le 3e round. Coups de puissance de la part de Soumaoro tout au long du 4e round que Hadzima trouve extrêmement long et qui résiste de justesse à un épuisement complet pour entendre le son de la cloche. 40-36 trois fois pour King Mo Soumaoro

Malenou : Le Québec lui sourit.

Malenou malgré sa fiche est un boxeur qui a des excellentes habilités, on le voir des le départ. Excellent jab, très mobile, capable de couper les attaques adverses et ce des le premier round. Début du deuxième round commence par une attaque de Herrera qui résulte en une bagarre ou Malenou prend l'avantage avec un crochet de la gauche bien placé. Après sa se calme mais Malenou garde un net avantage grâce à sa gestion de la distance. Au troisième round, la même dynamique qu'au deuxième se répète. Malenou domine et évite les plus gros dommages grâce à son ring IQ et ses déplacements. Au 4e Malenou encore décontracté ouvre momentanément la machine contre un Herrera qui ne semble simplement pas avoir de solution. Au 5e la domination se continue a un point qu'en fin de round un Malenou qui chasse son adversaire de manière très décontractée force l'arbitre a arrêter le combat à moins de 10 secondes de la fin du combat.

Des débuts difficiles pour Samuel Vasquez

Vasquez porte bien son nom de El Trankilo. Durant tout le combat, il garde un calme inhabituel pour un boxeur faisant ses débuts pros et ce malgré la pression constante que Rojas met. Le plus souvent qu'autrement, Vasquez est acculé aux câbles avec une défense très hermétique et esquive très souvent les coups de Rojas. Vasquez possède une variété de coups efficace mais dont il se sert trop peu. On voit la différence en termes de talent mais ce qui saute aux yeux c'est le niveau d'activité des deux boxeurs, Vasqueza trop privilégié la qualité des coups tandis que Rojas s'est concentré avec raison sur le niveau d'activité même si Vasquez à porté les coups les plus percutants comme notamment un crochet de la gauche spectaculaire au 4e round qui a propulsé le mouthpiece de Rojas à l'extérieur de sa bouche et dont l'arbitre n'a pas remarqué l'absence jusqu'à la fin du combat. 40-36 Rojas, 39-37 Vasquez, 39-37 Rojas

Jimmy Ray Thompson fait match nul avec Marco Parente

Jimmy Thompson a fait match nul avec son adversaire dans un combat en deux temps, Thompson clairement le plus technique des deux a utilisé son jab et de savants crochets au corps pour toucher son adversaire dans les deux premiers. Parente très mobile et très actif durant ces rounds lui a rendu la tâche difficile mais durant les deux derniers rounds. Il semblerait qu'il ait pris l'ascendant grâce à son excellent travail au corps. Toutefois, les juges ne le voient pas ainsi et remettent une carte de 39-37 Thompson, 39-37 Parente et de 38-38


Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
No tags yet.
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Le contenue de cette page est la propriété de Boxingtown Québec.