Mazlum Akdenis est fin prêt

Dans une vie il est apprenti-policier et dans l’autre il est boxeur, c’est la réalité que vit depuis trois ans Mazlum Akdenis, lui qui entend vider son chargeur le 28 septembre prochain, alors qu’il entamera sa carrière professionnelle au Casino de Montréal.

Discipliné plus que jamais, le poulain du promoteur ontarien Lee Baxter n’entend pas s’éterniser à son premier combat, lui qui vise rien de moins qu’un K.O. Considéré comme un puissant cogneur chez les amateurs dans la catégorie des 64 kg, il l’a prouvé à multiples occasions. Parmi ses faits d’armes les plus impressionnants, l’homme qui vient tout juste de souffler ses 20 bougies a envoyé l’Olympien Arthur Biyarslanov s’étendre sur le tapis lors des derniers championnats canadiens, un accomplissement que tout le monde lui rappelle chaque fois qu’on le croise. « Ça été un fait marquant de ma carrière, c’était un combat très serré, j’en suis fier, mais il est temps pour moi de vivre autre chose », a avoué le protégé de Lee Baxter lui qui a reçu une offre qu’il jugeait trop intéressante pour être refusée. La discipline partout fraîchement diplômé du Collège Ellis en technique policière, le jeune homme d’origine kurde a décidé de mettre une pause à ses études, lui qui aurait pu prendre la direction de l’École nationale de police de Nicolet cette année afin d’obtenir sa gradation et pouvoir être considéré comme un membre des forces de l’ordre. Toutefois, ce sont ces années au Collège Ellis qui lui ont permis de devenir le boxeur redoutable qu’il est actuellement. Après trois ans à jongler avec des horaires de près de 30 heures de cours, travailler pour venir en aide dans le commerce familial et s’entraîner avec l’objectif de devenir le nouveau champion canadien, disons que la discipline a été nécessaire dans son cas. « C’est grâce à cette discipline que je n’ai jamais arrêté de progresser et ma passion pour la boxe m’a permis de m’accrocher et j’avais des bons résultats dans les compétitions, disons que ça battit une confiance », s’est-il exprimé lors d’une entrevue au Coin du Métro samedi dernier.

Crédit photo : Mtl Maz

Un adversaire coriace À son premier affrontement chez les professionnels le 28 septembre, il aura une tâche que très peu de pugilistes peuvent se vanter d’avoir affronté à leur premier combat.

Il croisera le fer avec le Mexicain Jonathan Chavez qui présente un dossier gagnant de 7-5-1 en 13 combats professionnels, mais ce n’est pas quelque chose qui inquiète le jeune homme de 20 ans. « Je sais que je suis capable de faire de bonnes choses, j’ai confiance que si je me bats comme je suis capable, je peux le mettre hors de combat au 3e ou 4e round, il n’a été arrêté qu’une seule fois en carrière, c’est une motivation supplémentaire », a affirmé celui qui en sera à son premier combat de quatre rondes. À peine remis de ses émotions, il prendra quelques jours de repos avant de se préparer déjà pour son deuxième combat professionnel prévu le 11 novembre à Brampton, en Ontario. Son adversaire n’est toutefois pas encore connu, mais on sait que le jeune homme a faim et veut de la chair rapidement. « J’aimerais beaucoup rester en action à tous les deux mois, faire 6 ou 7 combats dans l’année, ce serait un bon début, j’ai également mentionné à Lee que je pourrais me battre dans le coin de New-York, parce que mon oncle a beaucoup de contacts avec le monde de la boxe là-bas », a-t-il ajouté.


Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Le contenue de cette page est la propriété de Boxingtown Québec.