Jean Pascal jouera gros le 8 décembre.

La dernière fois que Jean Pascal a monté dans un ring, il avait devant lui le coriace aspirant obligatoire à la ceinture WBC des mi-lourds, le colombien d'origine Eleider Alvarez. Jean aura été surclassé sur tous les points, perdant une décision majoritaire contre son ami de longue date. Six mois plus tard presque jour pour jour, soit vendredi le 8 décembre 2017, Jean ira relever un autre important défi à Miami; il affrontera Ahmed Elbiali, un égyptien de 27 ans qui est toujours invaincu en 16 combats pros. Elbiali se battra devant les siens, lui qui est maintenant résident permanent de Miami. Voyons les scénarios possibles en date du matin du 9 décembre.

Jean gagnant

La première fois que j’ai vu Elbiali boxer, c’était en 2015 contre Fabiano Pena. Une main droite au premier round avait terminé le combat. Je n’étais pas convaincu, je trouvais qu’il boxait large, maladroitement, que son jeu de pied n’était pas du tout au niveau de l’élite. Quatorze moins ont passé avant de le revoir à la compétition, il s’est battu deux fois en 2017; deux victoires dans les 2 premiers rounds. Mais encore. Il semble être au même stade qu'en 2015. C'est souvent ce qui se produit quand l'adversité n'évolue pas rapidement. Même si Jean Pascal n'est plus le Jean Pascal des beaux jours, la marche entre lui et les anciens adversaires d'Elbiali est énorme. Pour battre Jean Pascal, il aura besoin de beaucoup plus que de coups larges et d'un volume de coups élevé. Jean est un boxeur intelligent, qui agit par réflexe, qui aime poser des pièges et qui frappe rapidement en contre-attaque. D’une certaine façon, Elbiali peut être taillé sur mesure pour lui. Défensive absente, constamment en mode attaque mais peu précis, Jean a tout devant lui pour aller chercher une victoire convaincante en direct à la télé américaine. Un dix rounds de boxe qu’il devra orchestrer de main de maître; il devra surtout commencer dès le premier son de cloche; un départ lent ne lui rendra pas justice. Comme il affronte un favori de PBC, il ne pourra pas laisser aller les rounds serrés, finir fort en combinaisons pourrait lui octroyer ces rounds qui seront fort probablement déterminants dans l'issu du combat.

S’il met la main sur la victoire, Jean Pascal sera en bonne position pour une éventuelle chance au titre WBA détenue par Dmitry Bivol. Le nouveau champion, après sa défense obligatoire, pourra se permettre une défense optionnelle. Jean est actuellement 10ème aspirant, avec une victoire le 8 décembre, il pourrait descendre et être en bonne posture pour être choisi par Bivol. Jean Pascal est un ancien champion reconnu, crédible et qui serait le bienvenu sur le tableau de chasse du russe. Pascal est également 10ème aspirant à la ceinture WBC détenue par Adonis Stevenson.

S'il n'a pas sa chance au titre, mon ami Kenny Victor Chery voit Jean Pascal affronter 1 ou 2 prospects avant de faire un dernier combat fan friendly contre un boxeur comme Andrzej Fonfara, Thomas Williams jr ou Felix Valera. Un dernier combat qui lui rapporterait un bon montant d'argent et qui donnerait un bon spectacle à la foule venue l'acclamer pour son dernier tour de piste.

Jean perdant

Si Jean Pascal ne parvient pas à revenir dans la colonne des victoires, son rêve de ravoir une chance à un titre majeur risque de partir en fumée. Il sera probablement exclu du top 15 WBA et sa seule minime chance sera peut-être si Adonis et son équipe décide de matérialiser un combat local payant entre les deux boxeurs québécois. Ce qui n'arrivera pas. Avec une défaite, Jean Pascal n’aura gagné que 2 fois depuis sa victoire contre Lucian Bute en janvier 2014. Deux victoires en 4 ans, c’est très peu pour un ancien champion du monde qui espère revenir au sommet. Il y aura un moment de réflexion à avoir pour lui et son entourage. Voudra-t-il vraiment continuer à être un stepping stone pour les jeunes loups de PBC et autres qui veulent avoir dans leur palmarès une victoire contre un ancien champion du monde? Le mot retraite fait peur mais il devra être soulevé. Jean devra penser à sa santé et à la façon dont il veut quitter le monde de la boxe. Jean aura été une étoile de la boxe québécoise et internationale, et comme toute bonne étoile, il continuera de briller tant et aussi longtemps que nos souvenirs rattachés à lui ne seront pas ceux d'un Jean Pascal vieillissant qui accumule les défaites et qui prend des défaites sévères en fin de carrière. Personne ne veut voir ce scénario.


Featured Posts
Recent Posts