La suite pour David Lemieux. À 160 ou à 168?


Hier soir, le champion anglais a montré à la planète boxe pourquoi il était toujours champion. N'ayant jamais combattu à l'extérieur de son pays, Billy Joe Saunders a fait taire les détracteurs en outboxant David Lemieux durant les 12 rounds prévus. Plus encore, il a émis les attaques les plus incisives, est rentré en combinaisons régulièrement et en a même profité pour narguer la foule à plusieurs reprises. Il n'a jamais été en danger.

Il faudra un certain temps pour penser et surtout pour panser. Que ce soit au niveau de la dite blessure à la main gauche ou la blessure plus profonde à l'orgueil, le clan de Lemieux aura des décisions importantes à prendre. Faudra-t-il le reconstruire comme ils ont fait après sa défaite contre Golovkin en 2015? Voudront-ils y aller all-in immédiatement en essayant d'avoir Canelo en mai 2018 si le combat contre GGG n'a pas lieu? David est encore jeune mais il doit absolument travailler ses points faibles. Contre un boxeur élite, il ne semble pas avoir ce qu'il faut pour rivaliser. Et on ne veut pas qu'il devienne un gatekeeper ou un boxeur trop bon pour les boxeurs de niveau B mais pas assez complet pour tenir son bout contre les boxeurs de niveau A.  Le but est toujours le même; devenir champion du monde.  Pour y arriver, il faut rapetisser la distance, utiliser autre chose que des crochets de désespoir et surtout, il faut mieux bouger la tête.  David est capable de le faire en parti, hier soir l'adversaire devant lui était simplement trop talentueux pour lui.  Ce n'est que partie remise.  Espérons-le du moins.

Soyons honnête, hier soir il en a pris pour son argent. Devant les siens. Devant ses fans qui scandaient son nom lors de son arrivée. La place Bell allait exploser. Puis plus rien. Après la tempête nous avons eu droit à un calme désarmant. Lemieux voulait tant bien que mal mais Saunders dansait autour de lui et le snappait avec des jabs et des mains arrières dévastatrices. Nous avons vu le québécois être en problème à quelques reprises. La gestion de la distance a été la clé du succès pour l'anglais.  Outre au onzième round, jamais il n'aura permis à David de s'approcher assez pour pouvoir envoyer ses crochets dévastateurs.  Il aura fendu l'air plus souvent qu'à son tour, ce qui en plus de ne faire aucun dommage à son adversaire, finit par le rattraper car chaque coup qui n'atteint pas amenuise quand même sa bonbonne d'énergie.  

Je ne m'attends pas à ce que l'on revoit Lemieux avant mai 2018; je le verrais affronter Gary Spike O'sullivan en sous-carte de Canelo-GGG 2 si jamais le tout finit par devenir officiel.  David n'est qu'à une bonne performance de se remettre en selle; le problème est que ceux qui ont les ceintures semblent indélogeables.  Saunders, GGG, Murata.  Les autres noms chez les 160 lbs sont également dangereux; Jacobs, Canelo, Charlo.  Lemieux devra battre un de ces six adversaires s'il veut espérer redevenir champion du monde chez les poids mi-moyens.  Le pourra-t-il?  

L'autre option pourrait être un saut chez les 168 lbs.  Encore là, même si la division est plus faible, l'élite semble trop forte pour le reste.  David peut-il rivaliser contre un Eubank jr., un Gilberto Ramirez ou un George Groves?  J'y crois. Surtout contre un Caleb Truax ou un David Benavidez.  Je crois sincèrement que l'avenir du québécois passe par la division des super moyens.   Surtout que le vrai combat de David semble être à la pesée.  J'ai hâte à la suite des choses, 2018 sera une année important pour Lemieux et EOTM.  


Featured Posts
Recent Posts