Mick Gadbois prend sa retraite.

" Attendue ou redoutée, la retraite recèle un véritable espoir, celui de mener une seconde vie qui porte parfois plus de promesses que la première".

Pour Mick Gadbois, sa retraite du monde de la boxe n'a absolument rien de négatif. Au contraire, le sympathique pugiliste de St-Hyacinthe a un futur prometteur et ambitieux, celui d'enseignant au niveau primaire. Un défi colossal qu'il saura relever avec brio et passion. La fin de quelque chose est tout le temps le début d'une autre. Relation cause à effet. Voici ce qu'il avait à dire aux gens qui l'ont aidé tout au long de sa carrière.

"J'ai été 12 ans de temps avec Marc Seyer et Alain St-Amand, je leur dois énormément. Ils ont été des pères pour moi et m'ont aidé dans la vie. J'avais toujours dit à Marc que j'allais être avec lui à la vie à la mort. C'est ce qui est arrivé.

Je suis très reconnaissant envers Mike Moffa qui m'a donné énormément de temps. Il m'a aidé durant les 3 dernières années. Du même coup, je dois remercier Camille Estephan, car sans lui ma carrière aurait stagné. Il m'a donné ma chance et m'a amené en combat de championnat WBC international silver que j'aurais dû gagner. De même, je remercie les gars de Eye Of The Tiger Management et le gym Sherbatov avec qui je passais énormément de temps. On a souffert ensemble, on a ri ensemble et nous sommes allés à la guerre ensemble. Merci également à GYM pour m'avoir permis de me battre sur leurs galas lors de mes deux derniers combats. "

" Il y a 2 spécialistes à qui je dois énormément. Hugo Lettre, mon physiothérapeute et Jarek Kulesza mon préparateur physique. Hugo a toujours été disponible que ce soit lorsqu'il était à Las vegas ou à Rio aux JO, que ce soit le matin ou à 11pm le soir je le textais car ma main avait enflé par exemple, il a toujours été disponible et il était devenu un ami. Jarek, avec les années je me suis lié d amitié avec lui. Il est très rigoureux, il m'a appris à être une meilleure personne, il m'a appris à penser comme un athlète, pas seulement comme un boxeur.. Jarek a joué un rôle important dans ma carrière et encore plus lorsque EOTTM et moi nous nous sommes séparés, il ma appelé pour me dire When are we training Mick ? Il ma permis de m'entraîner avec lui pour le reste de ma carrière.

De plus, je dois remercier Caroline Drapeau, celle qui m’a massé durant presque 10 ans au niveau amateur et ensuite chez les professionnels. Elle était notre massothérapeute (chez EOTTM), elle qui a pris sa retraite il y a quelques mois. Caroline nous accueillait chez elle la plupart du temps n’importe quand dans la semaine et le soir. Elle nous suivait lors de nos combats chez les professionnels pour nous faire des massages de préparation.

Je dois remercier mes 2 principaux nutritionnistes soit Julie Pépin et Mathieu St-Ours, également Genevieve Gosselin qui s'occupait de mon conditionnement lorsque j'étais amateur. Un gros merci à tous les spécialistes qui ont travaillé de près comme de loin avec moi que je n’ai pas mentionné. Je dois remercier tous les commanditaires qui m’ont supporté fièrement. Certains de ces commanditaires sont devenus des amis, j’ai pu tisser des liens importants avec ces gens.

Puis, je dois remercier le Club de boxe St-Hyacinthe, c'est ma fierté, ma famille. J'ai commencé là et fini là même si je m’entraînais souvent au Underdog. Merci à tous ceux qui ont été des acteurs importants dans ma carrière, plusieurs peuvent se reconnaître sans les nommer. J’ai eu la chance de travailler avec des boxeurs professionnels très humains et qui cherchaient à m’aider à chaque fois que je les aidais en sparring. J’ai eu la chance de côtoyer des entraîneurs qui m’ont aidé grandement dans ma carrière. "

Remercier ma famille

"Par-dessus tout, je dois remercier ma famille; mes parents et mes deux sœurs. Lorsque j’ai commencé à m’entraîner, j’avais 19 ans, je travaillais à temps partiel; lorsque je suis allé aux Jeux de la francophonie au Liban en 2009, j’ai demandé à mes parents si je pouvais me concentrer sur la boxe et ne pas travailler pendant un an. Ils ont accepté. Je travaillais ici et là à donner des cours à des écoles primaires mais j’occupais la majorité de mon temps à l’entrainement. Je leur dois énormément.

Puis, je dois aussi remercier ma petite famille, ma blonde Marie-Ève, ma belle fille Jade et ma petite fille Aliyah. Durant les dernières années, j’étais plus souvent à Montréal ou Laval qu’à St-Hyacinthe et ça c’est sans compter mes journées à temps plein à l’UQTR au campus de Drummondville. Elles ont été très permissives, car je partais à 5 :30 am et je revenais bien souvent à 21 :00. Lorsque j’ai boxé contre Jesus, je crois que je n’ai pas vu ma belle-fille pendant 1 mois et demi.. Je n’ai pas été là souvent, un jour elle va comprendre l’ampleur de la vie que je menais. "

Ma décision

" J’ai pris cette décision non pas parce que je n’avais plus de combats, car le groupe GYM m’offrait encore bien des combats. J’ai pris cette décision car je ne peux plus être à 100% ancré sur ma carrière. J’ai combiné l’université à temps plein et la famille pendant 2 ans; je dois maintenant faire des choix éclairés. À mon dernier combat, je suis monté dans le ring à 70% de ma forme physique. Ce n'est pas ce que je souhaite. Je suis quelqu’un intense et passionné, si je voulais remonter dans le ring je voulais le faire en étant à 100%. Par respect pour mon entourage et pour moi-même, j’ai décidé de mettre un terme à ma carrière. Si je reprends les mots de mon préparateur physique, qui a vécu cela lorsqu’il était sur l’équipe canadienne d’athlétisme: « La boxe n’est pas tout dans la vie, tu n’es pas seulement un boxeur mais un père, un ami, un conjoint, un frère et un futur enseignant »."

" C’est la décision la plus déchirante que j’ai eu à prendre dans ma vie. Je ne suis pas en paix avec cela, j’ai de la peine et ça fait mal. Mais je dois voir le positif dans tout cela. Je n'ai jamais eu l'impression d'avoir réellement perdu et j’ai un super beau parcours amateur et par-dessus tout nous avons vécu une super belle aventure (Marc, Alain et moi).''

Mon avenir

"Je vois mon avenir de cette façon. Premièrement, je serai enseignant au primaire dans deux ans. De cette façon, je pourrai être un acteur important pour les jeunes et essayer de faire d’eux les meilleurs futurs citoyens possible. Deuxièmement, j’ai toujours les deux pieds bien ancrés au Club de boxe St-Hyacinthe. Je vais continuer de travailler avec les jeunes du club; je forme le duo d’entraîneur avec Marc Seyer pour les débuts professionnels de Raphaël Courchesne. Troisièmement, j’aimerais être plus présent pour ma famille."

"Je tiens à remercier tous ceux qui se sont rangés derrière L’unique. Ce fut une très belle aventure qui restera marquée dans ma mémoire à tout jamais. Je serai toujours là pour conseiller les boxeurs et boxeuses, je serais toujours accueillant pour serrer la main à tous ceux qui ont été des fans. C’est le cœur lourd, la larme à l’œil mais à la fois avec un sourire en coin que je dois tourner cette page de ce long chapitre de ma vie. Le chapitre deux commence maintenant."

Au plaisir de se voir aux abords du ring !


Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
No tags yet.
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Le contenue de cette page est la propriété de Boxingtown Québec.