2018 ne doit pas ressembler à 2017 pour Eleider.

Eleider Alvarez, récemment élu boxeur de l’année 2017 au Québec par le prestigieux site Boxingtown Québec, est encore une fois dans une histoire abracadabrante en ce début d’année. 2018 ne doit pas ressembler à 2017 s'il veut devenir un boxeur notoire chez les mi-lourds.

Eleider a été parfait en 2017. Il a fait tout ce qu’il pouvait/devait faire pour tenter de mousser un combat entre lui et le champion WBC Adonis Stevenson. Il a tour à tour battu deux des 3-4 meilleurs boxeurs que la boxe québécoise a pu voir oeuvrer depuis plus de dix ans. Il a step aside d’un combat contre Adonis, combat que Groupe Yvon Michel et Al Haymon ne semblaient pas du tout vouloir voir se matérialiser de toute façon. Il a même fait ses deux combats contre Bute et Pascal pour un peu plus d’argent qu’il n’aurait eu en allant affronter le champion. Légitime dans son cas puisqu’il n’avait jusque-là jamais reçu d’énormes bourses pour monter dans le ring.

Ne pas répéter la recette de 2017

Eleider Alvarez est un bon boxeur qui fait tout bien; il n’est cependant plus en position de monnayer sa position. S’il veut faire un grand coup, il doit le faire immédiatement contre Adonis. Il a en sa possession une lettre lui certifiant que le gagnant de son combat contre Jean Pascal doit obligatoirement affronter le champion. Eleider n’est pas le plus populaire, il n’a pas une main arrière haymaker, il ne vend pas de billets au Québec, pas plus aux États-Unis, même chose en Colombie, on ne parle jamais de lui quand on mentionne les meilleurs mi-lourds au monde, il n’est pas verbomoteur, il n’a pas de médaille olympique autour du cou; en fait, il n’a rien qui justifierait qu’il continue à se mettre lui-même sur les lignes de côté.

Un dur labeur qui doit maintenant rapporter

Il a travaillé très fort pour devenir l’aspirant obligatoire WBC, sa seule façon de pénétrer l’esprit des gens du milieu de la boxe est de devenir champion du monde; il possède dans sa poche arrière un golden ticket lui permettant d'avoir la chance de réaliser son rêve. Le ticket a une date de péremption qui semble vouloir expirer très bientôt. La rumeur plane qu’il sera destitué de sa position d’aspirant obligatoire. C’est maintenant ou jamais pour lui. Sa seconde option est de gravir les échelons de la WBA et d’espérer affronter Dmitry Bivol d’ici un an ou deux. Perte de temps. Adonis doit être son prochain adversaire; espérons que son retrait du purse bid contre Oleksandr Gvozdyk était pour aller directement vers le champion.


Featured Posts
Recent Posts