Shawinigan : Cité de la boxe.

Désignée cité de l'énergie en vertu de son histoire hydroélectrique et industrielle, elle se trouve dans un environnement naturel composé de nombreuses forêts, rivières et lacs. Elle compte plus de 50000 habitants.

Source Wikipédia.  

Shawinigan a aussi joué un rôle important dans l’histoire de la boxe professionnelle. Après la Deuxième Guerre Mondiale, c’est plus de 15 galas en 2 ans qui y seront présentés. J’ai fouillé tout ça pour vous présenter quelques faits marquants d’une ville que vous devez visiter. En tout, c'est 42 galas professionnels qui auront lieu à Shawinigan. Le premier combat reconnu sur boxrec est le duel entre Frankie Fleming et Frankie Mango le 12 avril 1915. Fleming était l’un des boxeurs les plus dominants de son époque. Ensuite, après une petite pause de 25 ans viendront les années 1940, la boxe est dominante dans cette région avec une trentaine de galas dans cette décennie. Les promoteurs se nomment Clément Trudelle et Marcel Thériault, les Zeff Morin, Jean Dallaire et Mons Gagnon font courir les foules. Puis absolument rien dans les années 1950, il faut attendre 1968 pour voir Donato Paduano choisir Shawinigan pour effectuer ses débuts pros. En 2006, l’aréna Jacques-Plante reçoit le duel Cadieux vs L’heureux, un des combats locaux les plus courus de l’histoire. Roger Lavergne rend le tout possible 

La famille Lavergne est solidement implantée à Shawinigan. En 1966, Laurent Lavergne est un conseiller municipal bien connu et un homme d’affaires fleurissant qui s’implique dans sa communauté. Après sa mort en 1994, 3 de ses fils, dont Roger, s’associent pour lancer un réseau de franchise. Aujourd’hui c’est plus de 82 rôtisseries fusées qui font le bonheur de ceux qui aiment le poulet bien rôti et bien juteux. Monsieur Lavergne est aussi un actionnaire important des Cataractes de Shawinigan; le Centre Gervais Auto inauguré en 2008 est un petit Centre Bell. « Pour les avoir tous vus en voyageant aux 4 coins de la province, le Centre Gervais Auto est mon amphithéâtre favori pour couvrir la ligue junior majeure du Québec. Avec Gatineau, c’est l’aréna où il y a le plus d’ambiance » - Vincent Tremblay expert en hockey. Les débuts professionnels de Donato Paduano

L’ange du ring décida de passer chez les pros en 1968, il n’avait plus rien à prouver après avoir gagné tous les tournois autant au Québec qu’au Canada. Son manager Roger Larrivée décide de le faire combattre en région pour le montrer à toute la province. Donato est tout en style, son jab est l’un des plus beaux que la province ait connu. C’est donc à la Palestre municipale de Shawinigan qu’il passe chez les rangs payants face à Serge Proulx un lundi 11 novembre 1968. Le fils de Régis Lévesque se bat 2 fois la même journée à Shawinigan 

Daniel Lévesque a connu une fulgurante carrière amateure. Le coloré promoteur voyait grand pour son fils et il avait raison. Pour ne pas perdre de temps, il a organisé un gala à Shawinigan un lundi. Tout ça est véridique, il ne s’agit pas d’un poisson d’avril. Le 1er avril 1974, Daniel Lévesque a vaincu Jocelyn Marcotte et Jean-Claude Leclair, les deux au 2ème round par KO. Lors du lancement de la biographie de Régis Lévesque, j’ai rappelé ce souvenir à Daniel. Sa réponse fut mémorable, « mon père n’est pas le plus patient, chez les amateurs, je me suis déjà battu 3 fois le même jour. ». Patrice L’heureux vs David Cadieux. 

En 2006, les 2 champions canadiens des poids lourds se sont affrontés à deux reprises. Le premier combat a lieu chez à Shawinigan, résidence du granite; après 7 rondes et 5 chutes au plancher L’heureux doit laisser son titre à Cadieux. Le combat est un franc succès; plus de 5000 spectateurs assistent à la victoire d’un des leurs. « L’ambiance était incroyable, un moment donné on aurait cru que le toit de l’aréna Jacques Plante allait sauter » -Roger Lavergne copromoteur de l’événement Tamara Thibeault : plus grande athlète de l’histoire de Shawinigan.

C’est en regardant son frère et son père s’amuser en boxant que Tamm décide de commencer la boxe; elle est âgée de seulement 10 ans et elle développe une réelle passion pour ce sport. C’est au club de Regina Boxing club qu’elle fera ses premiers pas. Dix ans plus tard, Thibeault est championne continentale des Amériques et elle est classée dans les 15 premières au monde chez les 81 Kilos. En 2017, elle est aussi devenue championne Canadienne chez les 75 kilos, une des trois catégories de poids aux jeux olympiques.  Tamara est aussi bonne avec des gants que sur les bancs d’école, elle complète deux mineurs (Mandarin et Espagnol). 

De plus, en avril 2018 elle participera aux jeux de Commonwealth. Au tour de Simon Kean d’écrire l’histoire

Le Trifluvien affrontera son plus grand défi en carrière face à Alexis Santo;, l’américain détient une bonne fiche et a une boxe très agressive qui assurera le spectacle. Simon est originaire de Trois-Rivières, en plus d’avoir représenté le Canada aux Jeux olympiques de 2012, il peut se vanter d’être celui qui a éliminé Tony Yoka. Le français a par la suite gagné les jeux de 2016. Le Grizzly a une fiche de 54-15 chez les amateurs et il détient le titre de l’IBO intercontinental. Boxrec le classe 46e au monde; un exploit après seulement 12 combats. Une victoire sur Santos signifiera son entrée dans les classements mondiaux.

#SimonKean #TamaraThibeault #RogerLavergne #Shawinigan #RégisLévesque

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Le contenue de cette page est la propriété de Boxingtown Québec.