Armand Savoie : Le bombardier de Griffintown

Par : Laurent Poulin historien

GRIFFINTOWN | Armand Savoie est âgé de seulement 7 ans lorsqu’il commence à pratiquer la boxe sous les bons conseils de Cliff Sowery. À 9 ans, il remporte les gants dorés, deviendra champion canadien, représentera le Canada lors des Jeux olympiques de 1948 à Londres et affrontera 5 champions du monde en carrière. Armand Savoie est un des plus grands boxeurs que le Québec ait porté et il mérite qu’on se souvienne de lui. Les Jeux olympiques. En 1948, Armand Savoie a 19 ans et il est plus que décide de représenter le Canada aux Jeux olympiques de la même année. La route n’est pas facile pour s’y rendre et la défaite n’est pas une option, il remporte le championnat de Montréal puis les gants dorés et même quelques combats aux États-Unis avant de se qualifier. Après avoir remporté ses deux premières bagarres, Savoie est certain d’avoir vaincu l’Italien Ernesto Formanti, mais les juges ont vu un tout autre combat, l’Italien se sauvera avec la médaille d’or.  

Sally Cantor s’est fait reconstruitre le visage par un chirurgien plastique après sa raclée aux mains d’Armand Savoie.  

En fouillant sur Armand Savoie, je découvre en regardant les visages de ses adversaires que Savoie était doté de toute une claque. Le champion canadien Sally Cantor est dévisagé quand il est défait par Savoie le 6 novembre 1951. Il a disputé plus de 200 combats dans sa carrière qui s’échelonne en 1949 et 1969. Comme plusieurs boxeurs, Armand a multiplié les retraites, il se retire en 1960 puis revient en 1964 pour faire face à 2 reprises à Joey Durelle. C’est Régis Lévesque qui le sortira encore de sa retraite pour faire face à Luc Pivin en 1969.  

Ses principaux faits d’armes - Victoire en championnat canadien face à Danny Webb, 2 octobre 1950 - Dévisagé le champion de France Pierre Montane, 7 mai 1951 - Victoire en championnat canadien face à Solly Cantor, 6 novembre 1951 Armand Savoie a fait face à CINQ champions du monde. - Sandy Saddler, 3 mars 1952 * Le président de la commission athlétique de Montréal Émile Gauthier saute lui-même dans le ring pour suspendre Saddler pour tactiques déloyales. 

- Willie Pep, 1 octobre 1952, défaite décision unanime 

- Jimmy Carter, 16 février 1953, victoire par décision 

- Paddy De Marco, 27 avril 1953, défaite par décision unanime 

- Joe Brown, 12 mars 1957, défaite décision unanime

Crédit photo : La Presse, Savoie se prépare pour Jimmy Carter. 

Armand Savoie connut une des plus grandes carrières en boxe amateur de l’histoire du Québec. Peu de boxeurs québécois ont eu autant de succès que lui lors de jeux olympiques. Ses deux combats face à Joey Durelle, ses rivalités face à Johnny Greco ou Rocky Brisebois ont fait de lui un des athlètes québécois les plus adulés des années cinquante. J’espère qu’un jour on honorera d’une statue ou d’une œuvre biographique celui qu’on surnommait le bombardier de Griffintown. 

#ArmandSavoie #histoire #ungrand

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
No tags yet.
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Le contenue de cette page est la propriété de Boxingtown Québec.