Guide du petit promoteur (Marie-Ève et le stade IGA)

Crédit photo : Facebook de la boxeuse 

Par Laurent Poulin: chronique vedette du 91.9

Dicaire subira son plus grand test en carrière le 28 juin prochain... et ce n'est pas Maria Lindberg. La boxe féminine peut-elle vendre un nombre raisonnable de billets ? La réponse est encore inconnue à ce jour. Est-ce que le Groupe Yvon Michel donne une réelle chance à la championne IBF de vendre ses billets ?

Conseils de l'auteur 

1- Trouver un endroit pour organiser le combat quelques semaines à l'avance. 

Les salles de 3000 et plus sur l'île de Montréal ne sont pas légion. Il aurait peut-être fallu négocier avec les gestionnaires de salle un peu plus rapidement. Annoncer un combat sans lieu, c'est une première selon ma mémoire. Le stade IGA et la TOHU ne sont pas si occupés, il est possible de leur parler à l'avance.

2- Avoir au moins une demi-finale en poche lors de l'annonce.

Mikaël Zewski lançait lui-même des défis sur le réseau social Twitter la journée de l'annonce du combat entre Dicaire et Lindberg. Zewski est dans la trentaine, il est rapide comme un chat et cogne à la porte des combats d'importance. On devrait à 35 jours du gala être en mesure de connaître son adversaire. 

3- Se garder 2-3 vendeurs de billets disponibles. 

Les boxeurs de sous carte en plus de nous divertir et faire attendre l'événement principal servent aussi à vendre des billets. Certains comme Francis Lafrenière ou Jean-Michel Bolivar sont si appréciés de leur voisin/ami/collègue qu'ils peuvent vendre des centaines de billets. Plus on attend, plus ils doivent courir pour les vendre et ce tout en commençant le processus de déshydratation..... rien pour les aider. 

Bolivar, Lafrenière, Poulin, Phinn et Balmir, le top 5 des vendeurs québécois sont tous occupés autour du 28 juin. 

Qui partira avec sa liasse pour remplir les estrades du stade IGA?

4- Ouvrir la billetterie vite !!!

L'offre et la demande.

Je me rappelle peu de choses des longues journées sur les bancs d'école. Une chose que je me rappelle pour me l'être fait marteler, plus il y a d'offres moins il y a de raretés et ca devient difficile de faire des affaires. Le partisan pur et dur de boxe ne voit pas sa paie se multiplier en fonction des événements. Je vais déjà à Thetford Mines, St-Jean et Shawinigan... à chaque endroit, j'ai réservé un resto et l'hôtel. 

Je risque d'être cassé comme un clou très bientôt. 

L'équipe qui s'occupe des relations publique de Dicaire est géniale, elle est partout de tout le monde en parle au tapis rouge du gala Artis. Malgré tout ce succès, les ventes de billets risquent d'être plus que compliqué dû aux facteurs expliqués ci- dessus. 

Avant d'accuser Dicaire ou la boxe féminine... pensez à ce qui aurait pu être mieux fait autour de sa première finale hors du casino. 

#boxeféminine #Guidedupetitpromoteur

Featured Posts
Recent Posts